Aider les infirmier·e·s à gagner du temps et soigner leurs patients

Annonces d'Emmanuel Macron sur la santé : les infirmiers entre satisfaction et méfiance.

Les représentants des infirmiers, notamment libéraux, réagissent de manière mitigée au discours du président de la République lors de ses vœux aux soignants.

Article rédigé et publié par Actusoins.com le 10 Janvier 2023.

 

Les représentants des infirmiers, notamment libéraux, réagissent de manière mitigée au discours du président de la République lors de ses vœux aux soignants vendredi 6 janvier à l'hôpital de Corbeille-Essonnes (Essonne). Certaines de ses annonces rejoignent les aspirations de certains mais parmi les libéraux et les salariés, une certaine méfiance -voire une défiance- reste de mise.

Annonces d'Emmanuel Macron sur la santé : les infirmiers entre satisfaction et méfiance

À en croire les réactions de plusieurs représentants des infirmiers, les annonces les concernant formulées par Emmanuel Macron lors de ses vœux aux soignants vendredi 6 janvier reflètent des demandes qu'ils avaient formulés auprès de l'exécutif ces derniers mois.

Auraient-ils été écoutés ? C'est ce qu'exprime le Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil) quand il souligne dans son communiqué que plusieurs mesures étaient « dans les tiroirs depuis plusieurs années ».

C'est le cas  par exemple des annonces en faveur de l'exercice pluriprofessionnel, de la création d'un statut d'infirmier référent, mesure que le Sniil « porte depuis des années », ou de la nécessité de faire évoluer les compétences des infirmiers libéraux (Idel).

Au-delà du fait que cela pourrait libérer du temps médical, cela permettrait aussi de « redonner du sens au métier, aux missions quotidiennes de la profession », estime le Sniil.

Même si, comme le souligne ce syndicat, les Idel n'ont pas été cités par Emmanuel Macron dans ses annonces sur l'accès direct à certains professionnels de santé ou au sujet de l'amélioration de la valorisation des actes des professionnels de santé, il soutient également, bien sûr, ce type de mesure.

À conditions que les infirmières et infirmiers ne soient pas « une nouvelle fois les oubliés des pouvoirs publics », précise le Sniil.

Redonner du sens

 De son côté, l'Ordre national des infirmiers (ONI) se félicite que les « propositions ambitieuses » formulées en septembre par tous les ordres de professionnels de santé en faveur de la coopération interprofessionnelle et un meilleur partage des compétences aient été entendues.

Globalement, d'ailleurs, l'ONI « salue la vision et les annonces historiques du président de la République », son « pragmatisme », son « esprit de responsabilité » et sa « volonté réformatrice » qui sont, selon lui, « à la hauteur des enjeux et des attentes des patients et des professionnels de santé ».

Le Sniil ne partage pas totalement cet enthousiasme. À côté des avancées observées, il souligne que le président de la République s'est exprimé devant des soignants parmi lesquels « les acteurs de la ville étaient complètement absents ». Et il s'inquiète du risque de voir ces mesures répondre à des problèmes de types conjoncturels plus qu'à une volonté de repenser le système de santé dans sa globalité.

Le président de la Fédération nationale des infirmiers (FNI), Daniel Guillerm, a de son côté le « sentiment de la fin d'un tabou », celui du médico-centrisme : « c'est la première fois dans un discours présidentiel qu'on entend autant parler des paramédicaux » et notamment des infirmiers, souligne-t-il.

Des propos « symptomatiques », selon lui, de l'état de crise du système de santé et d'une prise de conscience au niveau des autorités sanitaires.

Fin d'un tabou

« À présent il va falloir joindre les actes à la parole », déclare Daniel Guillerm, prudent.

La présentation prochaine de deux propositions de loi sur l'accès aux soins feront selon lui office de test. La FNI sera ainsi particulièrement attentive à la manière dont les annonces sur l'ouverture de la prescription aux infirmiers, sur les transferts d'actes et les professionnels paramédicaux référents seront mises en œuvre. Idem pour ce qui concerne la perspective de voir émerger des rémunérations forfaitaires à côté du paiement à l'acte.

L'organisation nationale des syndicats d'infirmiers libéraux (Onsil), de son côté, a « poussé un coup de gueule » laconique à la suite des annonces du président de la République : « Emmanuel, arrête de parler, agis ! ». Avant d'enchaîner pour réclamer la création de la consultation infirmière et l'accès direct à l'infirmier en premier recours.

Du côté des salariés, le Syndicat national des professionnels infirmiers, a demandé en réaction aux annonces d'Emmanuel Macron un « plan Marshall » pour parvenir à un ratio de patients par infirmier « adapté » et des conditions de travail et des salaires corrects.

Son porte-parole, Thierry Amouroux, a aussi dénoncé sur TF1 la « remise en cause », par Emmanuel Macron, des 35 heures à l'hôpital et son appel, selon lui, à faciliter le recours aux heures supplémentaires.

Géraldine Langlois

N'oubliez pas que toutes les équipes d'Infimax sont présentes pendant les horaires habituels d'ouverture (du Lundi au Vendredi, de 9 h à 18 h), et sont disponibles par mail, tchat ou téléphone.

Découvrez nos offres et services sur Infimax.fr.

Nous sommes également présents sur Facebook et LinkedIn !

Une info, une démo, un devis ?

Contactez-nous maintenant !
×

Nos clients en parlent mieux que nous

1 / 30

fil de l'actualité

Les dernières actualités

CPTS : un dispositif pour une organisation coordonnée dans les territoires.

31/01/2023
Dans certains territoires, des infirmiers libéraux ont activement participé à leur création.

Les IDEL, en attente de revalorisation, réclament des négociations conventionnelles.

27/01/2023
Convergence Infirmière sollicite l'Assurance Maladie afin d'ouvrir de nouvelles négociations conventionnelles pour les IDEL.

La campagne de vaccination contre la grippe prolongé jusque fin Février.

24/01/2023
Les autorités sanitaires ont annoncé une prolongation de la campagne vaccinale contre cette dernière jusqu’au 28 Février.

RECEVEZ PAR MAIL LES DERNIERES NEWS
DU SECTEUR

INSCRIPTION EN LIGNE
spacer


Les IPA libérales : une "solution" ?

blog_cecilio
spacer


Bien gérer sa facturation, pour mieux dormir !

blog_cedric
option de parrainage

Parrainage

Pour parrainer un confrère, c'est facile ! Transmettez les coordonnées et la profession de votre filleul à votre conseiller Logicmax. Dès que votre filleul devient client de Logicmax, vous recevrez votre carte cadeau sous quelques jours !

aide & téléintervention

Notre service technique est à votre disposition. Les téléservices Logicmax sont accessibles en toute sécurité de manière simple. Un conseiller prend alors le contrôle à distance de votre ordinateur. Il voit votre écran et utilise votre curseur. Il peut ainsi installer et paramétrer votre logiciel, ou répondre à toutes vos questions en direct...

Vous êtes déjà client ?

Parrainez vos confrères / consoeurs

Pour parrainer un.e confrère.soeur, c'est facile :

1/ Indiquez les coordonnées et la profession de votre filleul.e
2/ Un.e conseiller.e Infimax va contacter votre filleul.e
3/ Dès que votre filleul.e devient client.e d'Infimax, vous recevrez un mail avec un code d'activation de votre carte cadeau !

Vous :

:
:
:

Filleul :

:
:
:
Parrainez vos confrères / consoeurs et recevez un chèque cadeau

Aide et Téléintervention


Toujours à la recherche de solutions novatrices, les téléservices Logicmax sont accessibles en toute sécurité de manière simple. Ils vous aident à poursuivre vos consultations sans perdre de temps.

Qu’est-ce que la téléintervention ?

C’est très simple : un conseiller Logicmax prend alors le contrôle à distance de votre ordinateur. Il voit votre écran et utilise votre curseur. Il peut ainsi installer et paramétrer votre logiciel, ou répondre à toutes vos questions en direct, tout cela avec un outil hautement sécurisé (cryptage à 256 Bits, la plus haute norme de sécurisation des échanges sur le WEB) et uniquement après votre validation.

Accéder à la téléintervention