Aider les infirmier·e·s à gagner du temps et soigner leurs patients

L'ordre infirmier plaide pour l'évolution de la profession infirmière.

Transfert de compétences, accès direct, et révision du décret d'actes.

Article rédigé et publié par Actusoins.com le 21 Novembre 2022.

L'Ordre national des infirmiers (ONI) souhaite notamment que soit donnée aux infirmiers la possibilité de réaliser de manière autonome certains actes qu'ils peuvent déjà accomplir aujourd'hui sous prescription du médecin. 

Les propositions de l'ONI, qui ont été déposées au Gouvernement, ont d'abord pour objectif de rendre effectif le transfert des compétences et de renforcer le rôle propre des infirmiers, fait savoir l'Ordre dans un communiqué. 

Sont notamment mentionnés le renouvellement des traitements déjà prescrits par un médecin (contre l'asthme, le diabète...), la prescription d'examens complémentaires "pour aider au diagnostic médical", la réalisation, sans prescription médicale, de "soins primaires bénins" et la prescription de certains médicaments "d'usage courant" comme des antalgiques (paracétamol...). 

L'Ordre demande aussi d'ouvrir la possibilité aux infirmiers d'établir des certificats d'arrêt de travail, d'aptitude à l'activité physique, de proposer des consultations pour arrêter de fumer, ou pour lutter contre l'alcoolisme ou l'obésité. 

Il suggère également que les infirmiers puissent proposer une consultation de suivi du patient après un passage aux urgences. 

"Ces réformes sont des mesures de bon sens dont la mise en oeuvre pourrait être aisée et rapide. En effet, la plupart des actes à transférer ne modifient pas l'exercice", explique l'ONI.

Ce sont en effet, relève l'instance, des actes que "les infirmiers effectuent déjà mais uniquement sur prescription médicale, alors qu'ils pourraient être inclus dans le rôle propre."

Certains de ces actes, note l'ONI, relèvent de techniques nouvelles, maîtrisés par les infirmiers, mais non inclus dans le décret officiel de 2004, qui recense les actes qu'ils sont sensés pouvoir exercer, ou encore des actes relevant des expérimentations locales mises en place dans le cadre de l'article 51 de la Loi HPST qui "peuvent facilement être généralisées et pour lesquelles l'accompagnement au changement est déjà prévu par le texte".

Accès direct

L'ONI propose également de mettre en oeuvre le principe de l'accès direct aux professions paramédicales. 

"En pratique, il s'agit de permettre aux patients d'avoir accès directement à ces professionnels, sans prescription médicale, dans toutes les situations où ils ne peuvent accéder facilement à un médecin (absence de généraliste dans leur bassin de vie, délais de rendez-vous trop longs....)", indique l'ONI. 

Cette consultation permettrait à un infirmier, par exemple, soit d'effectuer lui-même les actes médicaux qui lui ont été transférés, soit de jouer un rôle de coordination en adressant si besoin le patient vers d'autres professionnels de santé. 

"Cette mesure permettrait d'assurer un soin de proximité à l'ensemble des patients, y compris dans les déserts médicaux", indique l'ONI. 

Réécriture du décret de 2004

Pour avancer rapidement, l'Ordre appelle à "une réécriture en profondeur" du décret-socle de 2004, qui définit l'ensemble des actes que les infirmiers peuvent accomplir. 

C'est "une priorité absolue pour reconnaître les nouvelles pratiques professionnelles de ces professionnels et leur permettre d'apporter leur pleine contribution  à la réponse aux besoins de santé de la population", estime l'ONI. 

En janvier 2022, Olivier Véran (alors ministre des Solidarités et de la santé) avait exprimé sa volonté de lancer un chantier de révision du décret. La DGOS (Direction générale de l'offre de soins) s'est de son côté, engagée le 15 novembre à ce que les travaux pour l'évolution du décret soient ouverts début 2023. 

Intensifier les moyens dévolus à la formation

En complément de ces évolutions, l'ONI appelle aussi à intensifier les moyens dévolus à la formation. 

Au niveau de la formation initiale, il plaide ainsi pour l'intégration complète des parcours de formation en sciences infirmières au sein du cursus LMD (Licence-master-doctorat) et pour la mutualisation de certains cours avec les cursus de médecine. " Cela permettrait de créer un socle commun médico-paramédical pour faciliter plus tard les collaborations et établir des passerelles entre les métiers", estime l'ONI. 

Au niveau de la formation continue, l'instance recommande le renforcement du recours au développement professionnel continu, "pour lequel les infirmiers sont aujourd'hui les acteurs de santé les plus performants". 

Il recommande aussi la mise en place de certifications périodiques "pour le suivi et la prise en charge des nouveaux besoins en santé (allongement de la durée de vie, maladies chroniques, pathologies environnementales etc.)". 

L'ONI demande par ailleurs "que les conditions d'accès aux formations IPA (infirmiers en pratique avancée) soient facilitées". 

Rédaction ActuSoins

N'oubliez pas que toutes les équipes d'Infimax sont présentes pendant les horaires habituels d'ouverture (du Lundi au Vendredi, de 9 h à 18 h), et sont disponibles par mail, tchat ou téléphone.

Découvrez nos offres et services sur Infimax.fr.

Nous sommes également présents sur Facebook et LinkedIn !

Une info, une démo, un devis ?

Contactez-nous maintenant !
×

Nos clients en parlent mieux que nous

1 / 30

fil de l'actualité

Les dernières actualités

CPTS : un dispositif pour une organisation coordonnée dans les territoires.

31/01/2023
Dans certains territoires, des infirmiers libéraux ont activement participé à leur création.

Les IDEL, en attente de revalorisation, réclament des négociations conventionnelles.

27/01/2023
Convergence Infirmière sollicite l'Assurance Maladie afin d'ouvrir de nouvelles négociations conventionnelles pour les IDEL.

La campagne de vaccination contre la grippe prolongé jusque fin Février.

24/01/2023
Les autorités sanitaires ont annoncé une prolongation de la campagne vaccinale contre cette dernière jusqu’au 28 Février.

RECEVEZ PAR MAIL LES DERNIERES NEWS
DU SECTEUR

INSCRIPTION EN LIGNE
spacer


Les IPA libérales : une "solution" ?

blog_cecilio
spacer


Bien gérer sa facturation, pour mieux dormir !

blog_cedric
option de parrainage

Parrainage

Pour parrainer un confrère, c'est facile ! Transmettez les coordonnées et la profession de votre filleul à votre conseiller Logicmax. Dès que votre filleul devient client de Logicmax, vous recevrez votre carte cadeau sous quelques jours !

aide & téléintervention

Notre service technique est à votre disposition. Les téléservices Logicmax sont accessibles en toute sécurité de manière simple. Un conseiller prend alors le contrôle à distance de votre ordinateur. Il voit votre écran et utilise votre curseur. Il peut ainsi installer et paramétrer votre logiciel, ou répondre à toutes vos questions en direct...

Vous êtes déjà client ?

Parrainez vos confrères / consoeurs

Pour parrainer un.e confrère.soeur, c'est facile :

1/ Indiquez les coordonnées et la profession de votre filleul.e
2/ Un.e conseiller.e Infimax va contacter votre filleul.e
3/ Dès que votre filleul.e devient client.e d'Infimax, vous recevrez un mail avec un code d'activation de votre carte cadeau !

Vous :

:
:
:

Filleul :

:
:
:
Parrainez vos confrères / consoeurs et recevez un chèque cadeau

Aide et Téléintervention


Toujours à la recherche de solutions novatrices, les téléservices Logicmax sont accessibles en toute sécurité de manière simple. Ils vous aident à poursuivre vos consultations sans perdre de temps.

Qu’est-ce que la téléintervention ?

C’est très simple : un conseiller Logicmax prend alors le contrôle à distance de votre ordinateur. Il voit votre écran et utilise votre curseur. Il peut ainsi installer et paramétrer votre logiciel, ou répondre à toutes vos questions en direct, tout cela avec un outil hautement sécurisé (cryptage à 256 Bits, la plus haute norme de sécurisation des échanges sur le WEB) et uniquement après votre validation.

Accéder à la téléintervention