Aider les infirmier·e·s à gagner du temps et soigner leurs patients

Déplacements des IDEL renchéris par le prix des carburants : la FNI monte au créneau.

L'augmentation des prix de carburants pèse de plus en plus lourd pour les infirmiers libéraux.

Article rédigé et publié par Actusoins.com le 24 Février 2022.

L'augmentation des prix de carburants pèse de plus en plus lourd pour les infirmiers libéraux. La FNI a alerté le ministère de Finances pour que des mesures spécifiques soient prises afin d'éviter qu'ils soient pénalisés financièrement. Pour le président du syndicat de libéraux, Daniel Guillerm, il en va de leur capacité à continuer de prendre en charge les patients les plus éloignés des cabinets.

Déplacements des infirmiers libéraux renchéris par le prix des carburants : la FNI monte au créneau

Actusoins : Dans quelle mesure la hausse des prix des carburants ces derniers mois impacte-t-elle la situation financière des infirmières et infirmiers libéraux ?

Daniel Guillerm : La situation est hétérogène, raisonner en termes de moyenne n'est pas pertinent. Elle est très différente pour une infirmière libérale dans un secteur rural qui fait 250 kilomètres par jour et pour celle qui travaille en ville et en parcourt 40.

Quand le prix des carburants augmente de 25%, cela se répercute directement sur le poste de dépenses des déplacements qui augmente d'autant. Aujourd'hui, en tout cas, tous les professionnels prennent cette hausse de plein fouet car ils travaillent dans un système avec des tarifs opposables et encadrés. On ne peut pas répercuter ces augmentations sur nos tarifs et notre résultat diminue proportionnellement à cette hausse.

Vous alertez sur le risque que le poids du prix des carburants dans les finances d'un cabinet fasse obstacle aux prise en charge à domicile. Pourquoi ?

Nous redoutons que cela entraine des refus de soins pour les patients trop éloignés d'un cabinet infirmier.

Quand on intervient de manière quotidienne voire pluriquotidienne chez un patient en zone rurale, on peut se poser la question. Dans certains cas, des professionnels vont peut-être préférer travailler à leur cabinet ou limiter leurs déplacements à un périmètre restreint.

Il faut distinguer deux situations. Si on a déjà commencé les soins, il faut d'abord trouver une solution alternative pour le patient avant d'arrêter la prise en charge. Mais si on ne l'a pas encore commencée, on n'est pas contraint de l'accepter.

Le relèvement du barème kilométrique accordé en janvier n'est-il pas suffisant ?

Non, car d'une part il est limité (en termes quantitatifs, NDLR) et d'autre part il ne couvre pas la totalité de l'exercice professionnel. Certains infirmiers bénéficient certes de la mesure mais cela ne concerne pas ceux qui ont choisi le régime fiscal des frais réels.

Quelles sont les solutions possibles pour que les Idel ne soient pas pénalisés par la hausse des prix du carburant ?

Nous avons rencontré début novembre le conseiller d'Alain Griset (le ministre délégué aux Petites et moyennes entreprises d'alors, NDLR) et nous lui avons soumis quelques idées.

On pourrait imaginer par exemple des aides à l'achat de véhicules propres. Dans le cadre de la transition écologique, ce ne serait pas incohérent. Nous avons aussi proposé l'inclusion des infirmiers libéraux dans le dans le dispositif de remboursement partiel de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques, la TCIPE, au même titre que les transporteurs et les chauffeurs de taxis. Pour les infirmiers ce serait totalement nouveau mais les tarifs des carburants atteignent de tels sommets que c'est urgent.

Nous sommes prêts à ouvrir les discussions.

Comment vos propositions ont-elles été reçues ?

Nous avons eu plutôt une bonne écoute. Il y a eu cette hausse du barème kilométrique, qui va toucher 2,6 millions de foyers Mais il faut aller plus loin et prendre des mesures spécifiques aux infirmiers libéraux.

Nous allons de nouveau saisir les services de Bercy cette semaine pour remettre le dossier sur la table. On ne peut pas être dans une double injonction en disant que la stratégie nationale de santé se fonde sur l'ambulatoire et le domiciliaire et ne pas donner aux acteurs les moyens de le faire. Il ne faut pas oublier que plus 75% des prises en charge des personnes de plus de 75 ans à domicile sont réalisées par le secteur infirmier

Après cette demande « solennelle », quelle pourrait-être l'étape suivante ?

Le titre de notre communiqué pose la question : faut-il que les infirmières et infirmiers cessent de se déplacer pour être entendus ? On espère ne pas en arriver là, car nous sommes des gens responsables et la situation sanitaire nécessite qu'il y ait des professionnels sur le terrain. Mais on sent monter dans la profession des interrogations fortes sur les déplacements : est-il encore valable de se déplacer ? »

Propos recueillis par Géraldine Langlois

N'oubliez pas que toutes les équipes d'Infimax sont présentes pendant les horaires habituels d'ouverture (du Lundi au Vendredi, de 9 h à 18 h), et sont disponibles par mail, tchat ou téléphone.

Découvrez nos offres et services sur Infimax.fr.

Nous sommes également présents sur Facebook et LinkedIn !

Une info, une démo, un devis ?

Contactez-nous maintenant !
×

Nos clients en parlent mieux que nous

1 / 30

fil de l'actualité

Les dernières actualités

L'ordre infirmier plaide pour l'évolution de la profession infirmière.

25/11/2022
Transfert de compétences, accès direct, et révision du décret d'actes.

Avenant 9 : modalités de rémunération et de télésoin précisées dans un avis.

22/11/2022
L’avis sur l’avenant 9, signé en juillet 2022 et qui modifie les modalités de rémunération des infirmiers en pratique avancée, est paru dans le Journal Officiel du 18 novembre 2022.

IPA : l'expérimentation de la primo-prescription débute en 2023.

18/11/2022
Les détails de la mise en œuvre ont été présentés par la Direction générale de l’offre de soins (DGOS).

RECEVEZ PAR MAIL LES DERNIERES NEWS
DU SECTEUR

INSCRIPTION EN LIGNE
spacer


Les IPA libérales : une "solution" ?

blog_cecilio
spacer


Bien gérer sa facturation, pour mieux dormir !

blog_cedric
option de parrainage

Parrainage

Pour parrainer un confrère, c'est facile ! Transmettez les coordonnées et la profession de votre filleul à votre conseiller Logicmax. Dès que votre filleul devient client de Logicmax, vous recevrez votre carte cadeau sous quelques jours !

aide & téléintervention

Notre service technique est à votre disposition. Les téléservices Logicmax sont accessibles en toute sécurité de manière simple. Un conseiller prend alors le contrôle à distance de votre ordinateur. Il voit votre écran et utilise votre curseur. Il peut ainsi installer et paramétrer votre logiciel, ou répondre à toutes vos questions en direct...

Vous êtes déjà client ?

Parrainez vos confrères / consoeurs

Pour parrainer un.e confrère.soeur, c'est facile :

1/ Indiquez les coordonnées et la profession de votre filleul.e
2/ Un.e conseiller.e Infimax va contacter votre filleul.e
3/ Dès que votre filleul.e devient client.e d'Infimax, vous recevrez un mail avec un code d'activation de votre carte cadeau !

Vous :

:
:
:

Filleul :

:
:
:
Parrainez vos confrères / consoeurs et recevez un chèque cadeau

Aide et Téléintervention


Toujours à la recherche de solutions novatrices, les téléservices Logicmax sont accessibles en toute sécurité de manière simple. Ils vous aident à poursuivre vos consultations sans perdre de temps.

Qu’est-ce que la téléintervention ?

C’est très simple : un conseiller Logicmax prend alors le contrôle à distance de votre ordinateur. Il voit votre écran et utilise votre curseur. Il peut ainsi installer et paramétrer votre logiciel, ou répondre à toutes vos questions en direct, tout cela avec un outil hautement sécurisé (cryptage à 256 Bits, la plus haute norme de sécurisation des échanges sur le WEB) et uniquement après votre validation.

Accéder à la téléintervention